La gestion des risques au coeur de l'aménagement du territoire

La gestion des risques au cœur de l'aménagement du territoire

Depuis le tremblement de terre de 2010, les études de risques se sont multipliées en Haïti, réalisées dans différents contextes par différentes institutions internationales, accompagnées ou non par des institutions nationales. Elles ont rarement débouché sur la mise en place de mesures concrètes de prévention de risques, d'aménagement du territoire.

 

Le 13 février 2015, le CIAT a réunis plusieurs partenaires nationaux et internationaux pour essayer de faire le point, à travers deux études financées par la Banque Mondiale, ces études de risques et leur appropriation par les institutions nationales. Etaient représentés : la Banque Mondiale, le DFID, l'Union Européenne, le Ministère des Travaux Publics à travers diverses instances (la Direction des Travaux Publics, le Laboratoire National de Bâtiments et Travaux Publics, le Bureau des MInes et de l'Energie, la Direction  Départementale du Nord, le Ministère de l'Intérieur à travers les membres de la Protection civile et du projet Gestion des Risques et de Désastres). Le maire du Cap-Haïtien avait également fait le déplacement. Le PNUD, la Coopération Suisse, la Coopération Intalienne ont participé aux travaux.   

Le maire du Cap-Haïtien et le Directeur du LNBTP
et une partie de l'assistance.
 

Le maire du Cap-Haïtien et le Directeur du LNBTP et une partie de l'assistance.

 La première présentation a été faite par Richard Guillande, consultant indépendant, sur le risque inondation de la ville du Cap-Haïtien. Il s'agissait de comprendre l'évolution de la ville, sa morphologie naturelle et de faire la distinction entre les risques naturels et les risques anthropiques créés par une urbanisation non maitrisée. Des pistes ont été explorées tant pour l'approfondissement de certains points (étude plus précise des ravines par exemple) que pour permettre aux autorités locales de prendre des mesures concrètes de prévention.    

 

Richard Guillande présentant les travaux réalisés au Cap-Haïtien.

Richard Guillande présentant les travaux réalisés au Cap-Haïtien.
Richard Guillande présentant les travaux
réalisés au Cap-Haïtien.

 De son côté, Mélanie Fontaine, du BRGM, a présenté une analyse des études de risque menées jusqu'à présent en Haïti. Ce travail a consisté à analyser 36 études de risque menées en Haïti, tant du point de vue des méthodologies utilisées que de la présentation finale de ces études - et donc leur possible utilisation pour l'aménagement du territoire, particulièrement pour la réalisation des plans d'urbanisme. Un guide des bonnes pratiques est le produit final attendu. Il permettra aux maîtres d'ouvrage divers et aux futurs consultants de rendre des études qui soient homogènes sur le plan de la méthodologie, et donc comparables, et facilitera la mise à disposition des données auprès des différents utilisateurs potentiels, institutions nationales, locales et autres acteurs.